9 histoires lumineuses où le bien est le mal de Jo Güstin

Editions Présence africaine. 132 pages. Paru le 9 novembre 2017.

Résumé et avis

9 histoires lumineuses où le bien est le mal est un recueil de nouvelles qui évoque plusieurs thématiques comme par exemple, l’injustice sociale, l’enfant-soldat, l’enfant sorcier, l’homosexualité, le colorisme ou l’adultère. À travers des histoires tragiques l’auteure met en lumière la part la plus abominable de l’être humain même chez des enfants. Le livre commence par une histoire poignante abordant le thème de la prostitution infantile. Ensuite on est plongé dans l’Enfer avec des histoires toutes plus brutales les unes que les autres. Cependant à partir de la moitié du livre on note une décroissance de l’intensité de la violence avec moins de fatalisme et plus un focus sur l’injustice. Puis des histoires qui nous permettent de sourire un peu jusqu’à ce qu’on arrive à la dernière nouvelle, l’ultime histoire peut-être la plus épouvantable qui mène tout de même vers la libération.

C’est un livre court de 130 pages qu’il faut prendre le temps de lire sur une dizaine de jours afin de voir autre chose que la violence parce que c’est aussi une radiographie de l’Homme jusqu’au plus profond de son être qui nous est proposée.

Une fois le livre terminé on pourrait penser que c’est juste une collection des horreurs dont sont capables les Hommes mais en fait c’est l’injustice ou plutôt les injustices qui sont dénoncées et qui doivent être combattues.

C’est un livre dérangeant, poussant à la réflexion et intéressant à découvrir.

Pour en savoir plus visitez le site internet de l’autrice https://about.me/joguestin et ses comptes sur les réseaux sociaux:  @professionscribe sur instagram , sur Facebook , sur Twitter , sur Tumblr, sur Vimeo.

Je remercie les Éditions Présence africaine pour l’envoi de ce recueil de nouvelles.

Bonne lecture.

4e de couverture :

Voici neuf histoires qui ont toutes en commun de nous confronter à l’horreur, à des degrés différents, dans des domaines variés. Cinq d’entre elles nous plongent dans la violence brutale. Les autres nouvelles nous confrontent aux ravages du racisme social. Toutes ces nouvelles mettent en scène ou en lumière des sujets dérangeants, révélant différentes formes de barbarie sociale qui s’exercent impunément, sur des enfants, des faibles sans protection ou des représentants d’une sexualité rejetée. Le ton dose savamment humour noir et fausse légèreté.

 

Née en 1987 à Douala (Cameroun), Jo Güstin s’est « engagée à décoloniser les imaginaires, à contribuer à la représentation des vies cachées, à parler des non-Blancs, à donner du pouvoir aux femmes, le micro aux personnes LGBTQI, aux Africains, aux non-valides et aux malades, aux exclus de la société » en faisant « rire, rêver, réfléchir ». Elle vit entre la France et le Cameroun, avec le projet de s’installer bientôt au Canada. 9 histoires lumineuses est son premier recueil de nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *