Black in the city de Marie-Inaya Munza

Éditions La Bruyère paru le 5 septembre 2017

Résumé et avis

Amanda Parks, jeune femme noire pleinement épanouie travaille dans un grand groupe de communication. Le directeur des relations presse quittant son poste elle y voit une opportunité de carrière et décide de briguer la place qui sera bientôt vacante. À son grand étonnement, sa candidature n’a pas été retenue pour le poste, la direction ayant préféré recruter une autre personne. Amanda prend alors conscience d’être Noire et se pose alors des questions sur son identité, sa double culture et sur la manière dont elle est perçue dans la société. Elle décide d’entreprendre un voyage au Congo pour la première fois afin de se ressourcer auprès de sa famille. Elle en reviendra déterminée plus que jamais à réaliser ses rêves.

« Elle a beau faire des efforts, elle ne peut se voir différemment aujourd’hui de celle qu’elle était encore hier.Serait-elle devenue d’un seul coup moins compétente, moins intéressante, moins attirante même ? Quel est donc ce problème avec la couleur de la peau? Si elle était blanche, ou rouge, ou bleue, ou verte… Qu’est-ce qui fait que cela change l’attitude des gens qui la regardent ? C’est bien étrange comme question d’ailleurs. »

Black in the city est un roman qui met en scène une femme noire, éduquée et ambitieuse et qui refuse que sa couleur soit un obstacle sur son chemin de vie. C’est un roman sur l’identité, sur comment se définir quand on est Noire en France, c’est la question dominante bien que d’autres sujets soient abordés dans le livre. L’autrice nous propose un personnage intéressant, une femme noire, brillante, battante, et déterminée à réussir une belle carrière. C’est donc un roman utile à mettre entre les mains des plus jeunes pour en quelque sorte leur faire comprendre qu’on peut choisir de piétiner sur les préjugés et aller de l’avant. Je pense qu’une partie des jeunes femmes peuvent se reconnaître en Amanda et la voir comme un modèle.

L’écriture de Marie-Inaya Munza est fluide et agréable à lire. J’ai préféré la partie où Amanda était au Congo avec sa découverte du pays, la connaissance avec sa famille et son histoire. J’aurais aimé que le texte soit plus long pour nous permettre de suivre la lutte au quotidien d’Amanda en tant que femme entrepreneuse et de faire un focus sur ses femmes noires qui ont choisi cette voie. Peut-être envisager un Black in the city 2 ???

Je veux ajouter un bravo à l’illustrateur Lassana Samassa pour cette jolie couverture qui est très attrayante.

Extrait de la préface de François Durpaire :

« À votre tour de faire partager ce texte, de le faire connaître, d’en parler autour de vous ! Car si comme le disait Blaise Cendrars, « écrire un roman peut être aussi un acte », le lire et le faire lire relèvent également de l’engagement citoyen. »

Black in the city est disponible en librairie.

Retrouvez Marie-Inaya Munza sur Twitter, sur Instagram, sur Facebook et visitez son site internet blackinthecityworld.com

Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *