Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie

Editions Gallimard. 84 pages. Sorti le 2 mars 2017.

 

Résumé et avis

Dans Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe Chimamanda Ngozi Adichie tente de répondre à son amie tout juste devenue mère et qui lui a demandé comment donner une éducation féministe à sa fille.

Je pense qu’il n’est plus nécessaire de présenter cette auteure qui cette fois-ci nous sert un texte osé qui bouscule les mentalités. Présenté comme un manifeste pour une éducation féministe, l’auteure propose des suggestions, certaines plus intéressantes et plus pertinentes que d’autres. Dans des sociétés africaines où le poids des valeurs et des traditions y sont très fortes, certains points abordés peuvent être incompris et être perçus comme de la provocation. 

Globalement ses conseils sont applicables néanmoins pour certains points une transition sur plusieurs générations sera nécessaire. Ce que je retiens de positif dans son propos c’est la place centrale accordée à l’identité, la connaissance de soi et la confiance en soi. Par ailleurs, j’aurais aimé que l’auteure accentue davantage sur les points positifs de nos traditions, chose qu’elle a faite mais pas suffisamment à mon sens. 

Extrait : 

« Savoir cuisiner n’est pas une compétence préinstallée dans le vagin. Cuisiner s’apprend. » 

 « La valeur que nous accordons au titre au titre de Mme implique que le mariage change de statut social de la femme, mais pas celui de l’homme. » 

 « Dis-lui que la bienveillance compte. Félicite-la quand elle en témoigne aux autres. Mais apprends-lui que la bienveillance ne devrait jamais être considérée comme allant de soi. Dis-lui qu’elle aussi mérite la bienveillance des autres. Apprends-lui à revendiquer ce qui lui appartient. » 

 « Montre-lui qu’elle n’a pas besoin de plaire à qui que ce soit. Dis-lui que si quelqu’un ne l’apprécie pas, quelqu’un d’autre le fera. Dis-lui qu’elle n’est pas seulement un objet qu’on aime ou qu’on n’aime pas, elle est également un sujet qui peut aimer ou ne pas aimer. » 

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe est disponible dans les librairies et sur le site des Editions Gallimard.

Bonne lecture!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *