Le livre de Memory de Petina Gappah

Éditions JC Lattès. 352 pages. Paru le 24 août 2016

Résumé et avis

Memory est en prison où elle est condamnée pour un meurtre qu’elle n’a pas commis. Dans ses souvenirs elle vit une enfance plus ou moins heureuse, son albinisme renforçant quand même ses doutes. Son interprétation des circonstances de la vie va faire d’elle une personne aigrie jusqu’au jour de ce fameux crime. La révélation de la vérité la fera basculer de l’amertume à la plénitude.

« À ce moment-là, j’avais pris la résolution, une fois pour toutes, de ne pas vouloir d’eux puisqu’ils ne voulaient pas de moi. J’y ai renoncé aussi parce que je redoutais que le simple fait de les revoir ne confirme mon abandon. »

« Lorsque mon père ne regardait pas, je m’asseyais au soleil et je souhaitais de tout mon cœur que ma peau brunisse. Elle devenait seulement rouge, douloureuse et couverte de cloques. Je notais obsédée, les différentes carnations des membres de ma famille. Mon père était brun sombre. Ma mère avait un teint caramel, clair et uniforme, qui était à peu près la même couleur que celle de ses pieds. Joyi lui ressemblait, mais il me semblait que, dans mon cas, la couleur de la peau de ma mère avait éclairci au point de disparaître. La peau claire qui rendait ma mère et ma sœur si belles avait, chez moi, blanchi jusqu’à devenir un défaut. Je me situais à trois, peut-être quatre, nuances de la beauté. »

Le livre de Memory est un roman sur l’amour inconditionnel, d’autres thèmes sont abordés comme la différence et la dignité. Je précise tout de même que ce n’est pas un thriller. L’histoire ne gravite pas autour du crime mais autour du personnage de Memory et de ses interactions avec son entourage et de ses perceptions.

« Je comprends maintenant que les rêves n’étaient pas des rêves, mais les empreintes diffuses d’un traumatisme refoulé qui combattaient les souvenirs que j’avais de ma mère. »

« Pour accepter le fait qu’il n’y a pas de méchants dans ma vie, seulement des gens brisés qui essaient de guérir, qui titubent dans l’obscurité et se cognent les uns contre les autres ; pour trouver un moyen de pardonner mon père et ma mère, pour pardonner Lloyd, pour trouver la voie de mon propre pardon. »

J’ai trouvé le début un peu long, j’ai été à deux doigts d’abandonner la lecture jusqu’à l’apparition du premier fait marquant, la suite a été captivante, allant d’étonnement en étonnement. Je ne peux pas en dire plus car l’histoire est pleine de surprises, avec des événements qui s’enchaînent de manière inattendue.

Un bon roman à lire !

Vous pouvez acheter Le livre de Memory en librairie et ici.

 

À propos de l’auteure

Petina Gappah, née au Zimbabwe en 1971, a fait des études de droit à Cambridge. Son premier recueil de nouvelles, Les Racines déchirées, lui a valu le Guardian  First Book Prize en 2009. Elle est avocate à Genève. (Source: Éditions JC Lattès)

Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *